Le festival
Crédit Photo Douraied Souissi
Le festival
Jazz

Il y a quelques années, Ramzi Jebabli rêvait de fonder un festival dans la région du Kef. Un festival culturel et musical qui mettrait en avant toute la richesse de cette zone délaissée et laissée pour compte. En 2014, le rêve prend forme à travers des rencontres culturelles qui firent parvenir l’écho des montagnes jusqu’à Tunis et même ailleurs à l’étranger. En 2014, c’est Anouar Brahem qui ouvre le bal avec un spectacle inoubliable qui sera joué à guichets fermés. Le Kef fait parler de lui. Un festival d’envergure est né et l’année d’après le prouvera.

En 2015, ce ne sont plus Les Rencontres Culturelles mais plutôt le Sicca Jazz Festival. Plus ciblé, mieux canalisé, cette première édition affrontera le terrorisme (deux jours après les attentats du musée du Bardo) en maintenant le festival. On découvrira de la musique Jazz de tous bords : David Murray, Mohamed Ali Kamoun etc.

Pour la troisième édition, l’équipe Sicca Jazz rêve plus grand et surtout plus « marquant ». Du 17 au 20 mars 2016, le nouveau fleuron des festivals investit le Kef à nouveau. Et pour annoncer la programmation, la conférence de presse s’est déroulée dans un wagon aménagé spécialement pour l’occasion à la gare des trains de la place Barcelone. Atypique, l’endroit a réuni de nombreux journalistes venu découvrir les nouveautés de cette 3ème édition.

Lancé sous le slogan « the road to Jugurtha », La 4ème édition du SICCA JAZZ arbore actuellement sa fière allure grâce aux acteurs et au décor avec lesquels le festival a su évoluer depuis 3 ans. L’organisation pour cette édition s’est professionnalisée et a hissé le festival à des rangs élevés tant sur l’aspect artistique que technique.

Exigeante et créative, mais aussi festive et populaire, ainsi se présente la scène principale de SICCA JAZZ 2018. La ligne artistique du festival, c’est de bousculer le jazz pour lui donner de nouvelles formes. De plus, Le festival a ce luxe de pouvoir fonctionner au coup de cœur. La programmation est tellement innovante qu’elle pourrait presque passer pour élitiste…C’est en effet, un mélange des musiciens professionnels et amateurs, d’univers très différents.

SICCA JAZZ s’est, en effet, imposé au fil des années avec une indomptable force de caractère grâce aux efforts d’une équipe volontaire à l’extrême limite et au soutien hors pair de ses partenaires et des locaux qui collaborent très étroitement pour l’organisation de cette joute devenue désormais une tradition incontournable pour le Kef et le pays tout entier. Pour Quatre éditions consécutives, Le Kef, terre de Culture, a vibré pendant ce festival aux rythmes de sonorités Jazz internationales mélangées aux musiques traditionnelles, mettant à l’honneur le mix d’une identité et culture richissime de la région.

Ce qui fait de SICCA JAZZ non pas un festival de plus, mais un festival à part c’est qu’il a pour ambition la décentralisation de la culture et la mise en valeur d’un patrimoine culturel, matériel et immatériel de toute la région du Kef par le biais de l’art et de la musique.

Le Festival honore aussi des talents tunisiens, à travers des représentations artistiques diverses et au cours d’activités annexes associées au festival soit les showcases les soirées Off de Sicca Jazz, etc. Avec des master-class, des résidences artistiques, des visites guidées et des déjeuners musicaux, une vision et une nouvelle image du Kef dans l’univers artistique et culturel est promue.

Artistes des éditions précédentes

Le festival SICCA JAZZ a drainé depuis sa fondation des artistes jeunes et moins jeunes très réputés du monde du Jazz dont David Murray, Paco Séry ou encore Nguyen Le, Guillaume Perret, Rabih Abou-Khalil et Karim Ziad, Nicoles Slake Jones et Martha Hight. Le festival va également, au-delà du Jazz pour offrir plusieurs genres de musique du monde. Ainsi, la scène de SICCA JAZZ a notamment accueilli Iyeoka, Natasha Rogers, Trilok Gurtu, Gentelman’s Dub Club, les groupes Marocains Jil Jillala et Hoba Hoba Spirit ainsi que les groupes Labess et Démocratoz d’Algérie. Juan Carmona (France),Dérive Jazz Quartet (France),  Eric Sardinas (USA),  Malek Lakhoua Take 3 (Tunisie), Terrence Blanchard( US, New Orleans), Groupe Masaa (Allemagne), No Jazz ( France).